top of page

Tout ce que vous devez savoir sur les étirements !


Les étirements, qui ont eu le vent en poupe dans les années 80 et 90, sont devenus controversés dans les années 2000.

Pas facile de s’y retrouver, et de démêler le vrai du faux parmi tous les articles que j’ai pu lire à ce sujet. Heureusement, de nombreuses études scientifiques menées au cours des 15 dernières années permettent de remettre les pendules à l’heure.

Tour d’horizon des idées reçues.

 

Les étirements évitent les blessures

VRAI et FAUX : les étirements ne vous empêcheront pas de vous blesser, mais peuvent prévenir le risque de blessure.


Selon Gilles Cometti dans son étude en 2003, les étirements réalisés avant l’activité sportives sont inefficaces en terme de prévention des blessures et sont déconseillés pour toutes les activités qui ne nécessitent pas d’importantes amplitudes articulaires telles que la gymnastique par exemple.

En 2005, Pascal Prévost, Docteur en physiologie et biomécanique de la performance motrice, avance au contraire que les effets à long terme des étirements réguliers préviennent les blessures ; théorie complétée par le Dr Behm en 2016, qui précise que ces derniers doivent être couplés à des mouvements dynamiques.


Il n’est donc pas totalement évident que les étirements limitent le risque de blessure, du moins en mode statique.


Les étirements limitent les courbatures

FAUX et ARCHI FAUX : les étirements en fin de séance ne doivent pas être systématiques : ils peuvent en effet générer des microlésions supplémentaires qui affecteraient de manière accrue la performance notamment en période d’initiation à une nouvelle technique ou pratique.


Il vaudra donc mieux privilégier des étirements courts (20 secondes) et non forcés pour permettre aux muscles de retrouver leur longueur de repos.

Au risque de vous décevoir, chers lecteurs, les étirements post-effort doivent intervenir au repos, 1h30 à 2h après votre entrainement.


Mais il y a une bonne nouvelle : plus vous serez souple, moins vous serez sujet(te) aux courbatures.


Les étirements doivent être intégrés à l’échauffement

FAUX : réaliser des étirements durant la phase de préparation à l’effort ne permet pas de préparer les muscles de façon optimale car ils provoquent une diminution de la chaleur corporelle (alors qu’on cherche justement à s’échauffer).

Pire même, les études démontrent qu’on observe, une perte de force, de vitesse et de puissance musculaire après des étirements statiques au cours de l’échauffement.


Il est donc recommandé de réaliser des mouvements de plus en plus dynamiques et proches de ceux qui seront réalisés ensuite (séance, compétition ou match).


Les étirements sont inutiles

Encore FAUX : nous avons vu juste avant que la souplesse permettait de limiter les courbatures.


Deuxième intérêt : la réalisation d’étirements passifs ou posturaux de façon régulière agit en prévention des déséquilibres de tensions musculaires et des restrictions de mobilité : ils redonnent de l’élasticité à vos muscles afin de soulager les articulations.


Enfin, une bonne séance d’étirement est propice à la relaxation et au relâchement.


Alors, si vous optez pour des séances régulières de stretching, celles-ci devront donc être réalisées entre 2 entraînements.

 

Alors, avez-vous changé d’avis sur les étirements ? Envie de vous accorder une pause stretching ?



Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page